Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #souvenirs souvenirs catégorie

Divine

 

Divine,

 

Je continue à t'appeler par ce pseudo, après tout ce temps, et cette photo, que tu avais choisi comme avatar sur le forum est toujours, dans mon esprit, liée à toi.

On ne se voyait plus depuis.... pfff, je ne sais pas. Depuis longtemps, bien trop longtemps. Nous étions toutes les deux aux prises avec nos propres vies, nos propres démons, et il était aussi difficile pour toi que pour moi de sortir de nos quatre murs. Pourtant, je continuais à te suivre, de loin, grâce à FB, et il me semblait que tu allais plutôt bien, d'après l'aperçu que j'avais de ta vie: tu paraissais aller de l'avant.

J'hésitais, parfois, à te faire signe pour que l'on se voit, et puis, finalement, à quoi bon? Convaincue que le pire était derrière toi, quel droit avais-je de te rappeler alors que le pire, j'étais encore dedans... Si j'avais su que toi aussi...

Aujourd'hui, il n'y a plus d'hésitation à avoir, tu n'es plus là. Comme l'a dit ta tante, avec tant d'émotion et de justesse, pendant la cérémonie pour tes obsèques, tu portais des valises bien trop lourdes pour toi, et dans un monde bien trop dur. Alors tu as fini par les poser, ces valises, et tu es partie. 

Si tu savais l'absence que tu laisses derrière toi... Pour ta famille, tes amis, moi...

Tu as été sans aucun doute ma meilleure amie. Celle à qui je pouvais parler de tout, de la maladie comme de n'importe quel autre sujet, même si je ne le faisais pas toujours. Mais tu étais là, et le simple fait de savoir que je pouvais te parler de telle ou telle chose était, en soi, réconfortant.

Aujourd'hui, je me dis que c'est fini, que tu ne souffres plus, et je ne peux m'empêcher de penser que l'arrêt de la souffrance, je le voudrais bien moi aussi.

 

Voir les commentaires

Flash back

Flash back

Il y a bientôt 5 ans, après la séparation d'avec le père de mes enfants, les TCA m'ont plus ou moins laissé tranquille...

Et puis il y à 2 ans, mon chéri me dit qu'il à RDV chez l'ophtalmo, à plus de 200 km, comme tous les ans, avec les enfants, et son ex... (Ben oui, c'est elle qui s'est tjs occupé de prendre RDV avec ce spécialiste, à 200 km, oui, parce que d'après elle, c'est le meilleur, et puis le soir on mange chez des amis qui habitent sur place.) Il me propose de venir avec eux, et naïvement, j'accepte. Cette journée a été l'une des pires de ma vie...

Toute la journée, ça a été: "NOS enfants", "NOS souvenirs", "NOUS", sans parler des enfants dont toutes phrases commençaient par "Papa, Maman"(Zazimut, non, pas une seule fois!)... Et puis qu'est-ce que je faisais là, de toute façon: ils ont tous le même nom de famille, sauf moi: c'est révélateur de la place que je n'ai pas...Repas de midi au McDo: 1ère crise depuis près de 3 ans, et pas une petite: 40 € de bouffe à moi toute seule... Je suis malade comme un chien, ce qui ne m'empêche pas de refaire une crise le soir chez LEURS amis...

Depuis, les crises ne m'ont plus lâchées...


Et là, mercredi soir, mon chéri m'appelle pour me dire qu'il reste manger chez son ex-femme pour l'anniversaire de son fils. A l'heure où il m'a téléphoné, il savait parfaitement que j'avais déjà préparé le repas, mais passons... Je lui rappelle qu'on avait prévu de lui faire un gâteau et de lui offrir son cadeau dimanche, ce à quoi il répond qu'on pourra faire un gâteau quand même. Ouais, je vois pas bien l’intérêt du coup, il aura déjà fêter son anniversaire avec ses 2 parents, ses frères et sœur et eu ses cadeaux....


Après ça, weekend habituel: les enfants parlent à leur père, et m'ignorent complètement: s'ils ont besoin de quelque chose, peu importe quoi, ils demandent à leur père, et s'ils ne le trouvent pas, ils me demandent où est leur père. Me demander directement où est la clef du garage ou s'il y a du jus de fruit en réserve, apparemment, c'est pas imaginable!
Alors bien sur, ils ont un gros problème pour me laisser une place, mais voilà, quelles que soient les circonstances, je ne trouve jamais ma place, je suis toujours de trop et je n'arrive pas (non, je n'essaye même pas, soyons lucide!) à m'imposer. En fait, j'aurais même plutôt tendance à m'effacer. Même chez mes parents, par exemple, avec ma sœur et mon frère, je me rends compte que nos parents les écoutent davantage, eux. Tout simplement parce que quand les parents ne les écoutent pas, mon frère et ma sœur gueulent: "Oh, je vous parle!", alors que moi, non, je me tais, tout simplement. Et je rumine. Comme le dit ma psy, c'est à moi de me faire ma place et de m'imposer aux autres... C'est bien beau, de le dire, mais ça ne m'avance pas vraiment....

Voir les commentaires