Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Divine

 

Divine,

 

Je continue à t'appeler par ce pseudo, après tout ce temps, et cette photo, que tu avais choisi comme avatar sur le forum est toujours, dans mon esprit, liée à toi.

On ne se voyait plus depuis.... pfff, je ne sais pas. Depuis longtemps, bien trop longtemps. Nous étions toutes les deux aux prises avec nos propres vies, nos propres démons, et il était aussi difficile pour toi que pour moi de sortir de nos quatre murs. Pourtant, je continuais à te suivre, de loin, grâce à FB, et il me semblait que tu allais plutôt bien, d'après l'aperçu que j'avais de ta vie: tu paraissais aller de l'avant.

J'hésitais, parfois, à te faire signe pour que l'on se voit, et puis, finalement, à quoi bon? Convaincue que le pire était derrière toi, quel droit avais-je de te rappeler alors que le pire, j'étais encore dedans... Si j'avais su que toi aussi...

Aujourd'hui, il n'y a plus d'hésitation à avoir, tu n'es plus là. Comme l'a dit ta tante, avec tant d'émotion et de justesse, pendant la cérémonie pour tes obsèques, tu portais des valises bien trop lourdes pour toi, et dans un monde bien trop dur. Alors tu as fini par les poser, ces valises, et tu es partie. 

Si tu savais l'absence que tu laisses derrière toi... Pour ta famille, tes amis, moi...

Tu as été sans aucun doute ma meilleure amie. Celle à qui je pouvais parler de tout, de la maladie comme de n'importe quel autre sujet, même si je ne le faisais pas toujours. Mais tu étais là, et le simple fait de savoir que je pouvais te parler de telle ou telle chose était, en soi, réconfortant.

Aujourd'hui, je me dis que c'est fini, que tu ne souffres plus, et je ne peux m'empêcher de penser que l'arrêt de la souffrance, je le voudrais bien moi aussi.

 

Voir les commentaires

Jours difficiles

Jours difficiles

Vendredi matin, je suis allé voir une amie. Chose qui ne m'était pas arrivé depuis plusieurs mois parce que trop angoissante.

Et cette amie m'apprend qu'elle et son chéri vont se marier. Ça a provoqué en moi une sorte de choc émotionnel (celles qui me suivent comprendront pourquoi, les autres, je vous laisse farfouiller sur mon blog!), sans vraiment comprendre pourquoi: ce n'est pas comme si j'avais arrêté d'y penser, que c'était un caprice, ou une lubie qui passe avec le temps.

Non, c'est bien plus profond que ça. Pourquoi, elle, qui a déjà une place toute légitime auprès de son compagnon (ils ont 2 enfants), elle a droit à une reconnaissance supplémentaire, alors que moi, je n'ai rien? Que moi, je ne suis rien?

Mon cerveau n'a pas supporté ce choc. Après avoir passé une heure à en pleurer de rage et de douleur, j'ai été me coucher de bonne heure vendredi soir. Et j'ai dormi, dormi.... (Oui, je dis bien "dormir", pas juste se planquer sous la couette) jusqu'au dimanche matin.

J'ai fini par me lever me suis traîné toute la journée...

Et je me suis traînée hier encore.

Et je suis toujours épuisée.

Voir les commentaires

Flash back

Flash back

Il y a bientôt 5 ans, après la séparation d'avec le père de mes enfants, les TCA m'ont plus ou moins laissé tranquille...

Et puis il y à 2 ans, mon chéri me dit qu'il à RDV chez l'ophtalmo, à plus de 200 km, comme tous les ans, avec les enfants, et son ex... (Ben oui, c'est elle qui s'est tjs occupé de prendre RDV avec ce spécialiste, à 200 km, oui, parce que d'après elle, c'est le meilleur, et puis le soir on mange chez des amis qui habitent sur place.) Il me propose de venir avec eux, et naïvement, j'accepte. Cette journée a été l'une des pires de ma vie...

Toute la journée, ça a été: "NOS enfants", "NOS souvenirs", "NOUS", sans parler des enfants dont toutes phrases commençaient par "Papa, Maman"(Zazimut, non, pas une seule fois!)... Et puis qu'est-ce que je faisais là, de toute façon: ils ont tous le même nom de famille, sauf moi: c'est révélateur de la place que je n'ai pas...Repas de midi au McDo: 1ère crise depuis près de 3 ans, et pas une petite: 40 € de bouffe à moi toute seule... Je suis malade comme un chien, ce qui ne m'empêche pas de refaire une crise le soir chez LEURS amis...

Depuis, les crises ne m'ont plus lâchées...


Et là, mercredi soir, mon chéri m'appelle pour me dire qu'il reste manger chez son ex-femme pour l'anniversaire de son fils. A l'heure où il m'a téléphoné, il savait parfaitement que j'avais déjà préparé le repas, mais passons... Je lui rappelle qu'on avait prévu de lui faire un gâteau et de lui offrir son cadeau dimanche, ce à quoi il répond qu'on pourra faire un gâteau quand même. Ouais, je vois pas bien l’intérêt du coup, il aura déjà fêter son anniversaire avec ses 2 parents, ses frères et sœur et eu ses cadeaux....


Après ça, weekend habituel: les enfants parlent à leur père, et m'ignorent complètement: s'ils ont besoin de quelque chose, peu importe quoi, ils demandent à leur père, et s'ils ne le trouvent pas, ils me demandent où est leur père. Me demander directement où est la clef du garage ou s'il y a du jus de fruit en réserve, apparemment, c'est pas imaginable!
Alors bien sur, ils ont un gros problème pour me laisser une place, mais voilà, quelles que soient les circonstances, je ne trouve jamais ma place, je suis toujours de trop et je n'arrive pas (non, je n'essaye même pas, soyons lucide!) à m'imposer. En fait, j'aurais même plutôt tendance à m'effacer. Même chez mes parents, par exemple, avec ma sœur et mon frère, je me rends compte que nos parents les écoutent davantage, eux. Tout simplement parce que quand les parents ne les écoutent pas, mon frère et ma sœur gueulent: "Oh, je vous parle!", alors que moi, non, je me tais, tout simplement. Et je rumine. Comme le dit ma psy, c'est à moi de me faire ma place et de m'imposer aux autres... C'est bien beau, de le dire, mais ça ne m'avance pas vraiment....

Voir les commentaires

Quand la maladie nous tient, c'est la raison qui lâche...

Quand la maladie nous tient, c'est la raison qui lâche...

J'ai terminé mon repas du soir. Je me sens mal. Gavée comme une oie. Remplie. Certaine, sans l'ombre d'un doute, que sur la balance demain matin, j'aurais pris du poids.

Pourtant....

Pourtant, aujourd'hui, au petit déjeuner, j'ai bu un thé et mangé un demi-bol de compote de pommes.

Puis je n'ai plus rien mangé jusqu'à ce repas qui me paraît gargantuesque, monstrueux...

Environ 100 gr de salade verte, puis 300 gr de purée patates douces / courges butternut, et en dessert, un bol de compote de pommes et 50 gr de raisins secs.

J'ai donc ingurgité moins de 900 calories dans la journée.

Je sais que c'est beaucoup moins que mes besoins.

Je sais que ce n'est pas trop.

Mais non, quelque chose, au fond de moi, refuse de le croire. Quelque chose de plus fort que ma raison.

C'est l'anorexie.

Voir les commentaires

....

....

Voilà longtemps que je n'avais pas publié sur le blog... Plusieurs semaines, pour ne pas dire mois!!

Pendant ce temps, il s'en ai passé des choses!!!

J'avais réussi à trouver un équilibre, certes fragile, pas idéal non plus, mais qui me permettait d'aller bien...

Et puis un minuscule grain de sable est venu enrayer la machine...

Je suis "tombée" enceinte. Moi, qui ne veut surtout pas entendre parler d'un autre enfant.

La petite fille que j'ai toujours rêvé d'avoir? Jolie, mignonne, en parfaite santé, une enfant modèle, l'enfant de l'homme que j'aime? Et bien non, même elle, je n'en veux pas. Je ne peux pas.

Bien que la décision de ne pas poursuivre cette grossesse soit pour moi évidente, et bien j'ai l'impression que le ciel me tombe sur la tête...

Et puis la prise de conscience, aiguë, implacable de tout ce que je ne serais jamais.... La mère des enfants de l'homme de ma vie... Sa femme... Sa famille...

J'ai ressenti tout ça de manière si douloureuse qu'il m'a fallu l'exprimer de façon radicale: je me suis rasée la tête, chaque mèche de cheveux tombant au sol me faisant l'effet d'être un morceau de moi-même que j'abandonnais, pour faire le deuil de tout ce que je ne serais jamais...

Et tout m'est revenu en pleine tête: les crises, la boulimie.... que j'avais réussi à maintenir à distance pendant si longtemps, au prix d'efforts parfois presque surhumain...

Il s'est écoulé à peine 15 jours entre le moment où j'ai découvert ma grossesse et celui où je suis ressortie de l'hôpital, libérée de cette grossesse que j'étais incapable d'envisager.

Je pensais naïvement qu'une fois ce moment passé, je pourrais tout oublier, passer à autre chose.

Certaines personnes pensent que les femmes qui vivent mal leur IVG culpabilisent d'avoir tué un bébé. Je ne culpabilise pas. Je n'ai pas eu le sentiment un instant d'attendre un bébé. C'est une partie de moi que j'ai tué ce jour là.

Voir les commentaires

STOOOOOP!!!!

STOOOOOP!!!!

Après 8 jours de jeûne liquide, pendant lesquels je me nourrissais exclusivement de lait d'amande, de jus de fruits, de thé et de Coca-Cola light, la balance m'avait fait le bonheur de passer de 62,5 kg à 57,7 kg....

Et puis, j'ai voulu remanger... Mais j'ai été incapable de le faire de manière raisonnable ou même simplement normale.... Ma rupture du jeûne s'est traduite par une crise monstrueuse... Que dis-je? Par 4 jours de crises, dont le dernier est aujourd'hui (61,9kg ce matin sur la balance, mais si je reste sous les 63 kg demain matin, je m'estimerais chanceuse!)!!! Demain, je tente de faire une journée saine, avec, au programme:

-matin: 1 bol de lait d'amande, 1 pomme, 1 galette au son d'avoine

-midi: 1 bol de soupe froide et 1 pomme

-soir: 1 bol de soupe froide et 1 pomme

Et dès lundi, grosse reprise en main!!!! Reprise du jeûne liquide (lait d'amande, jus de fruits, thé, etc...) et footing d'une demi-heure (2 fois 15 min) les lundi, mardi, jeudi et vendredi!!!

Et dans 8 jours, j'en fais le serment, je serais sous les 57 kg!!

Voir les commentaires

Premier pas vers le végétarisme

Premier pas vers le végétarisme

Voilà plusieurs mois que l'idée de devenir végétarienne me travaille... L'idée de supprimer toute chair animale m'effrayant un peu, j'ai décidé d'y aller par étapes. La première sera donc de supprimer les viandes, et conserver les poissons et crustacés pour l'instant. Je verrais dans un mois ce que ça donne, comment je me sens, mais aussi comment le vit mon entourage. A ce moment là, je verrais si je continue un peu comme ça, ou si je saute le pas: devenir végétarienne...

Voir les commentaires

Objectifs

Objectifs

J'ai décidé de me fixer des objectifs dans le temps, accompagnés de récompenses pour une motivation renforcée!!

1er avril: 60 kg ---> un accessoire pour cheveux

1er mai: 55 kg---> un piercing au nombril

1er juin: 50 kg---> une nouvelle coupe de cheveux

15 juin: 47 kg---> une robe (de mariée????)

Voir les commentaires

Objectif: -4 kg

Objectif: -4 kg

Cette fois-ci, ça suffit! J'en ai marre de faire n'importe quoi et d'être grosse!! Je suis rendue à 64 kg, je veux être à maximum 60 pour le 1er avril!!
Pour ça, voici mon programme:
-Légumes à volonté
-3 ou 4 fruits par jour
-3 ou 4 portions de protéines maigre par jour
Pas de sucre, ni de matières grasses, ni de féculents (à l'exception des petits pois et des pommes de terre quand elles sont mélangées à d'autres légumes - je pense notamment aux soupes- ça m'évitera de passer pour la chieuse de service!)
Côté sport:
-30 min d'elliptique 4 fois par semaine (lundi, mardi, jeudi, vendredi)
-30 min à 1 h de marche tous les jours

En fait, je commence réellement demain, pour aujourd'hui, je me contente de limiter les dégâts, vu mon petit déjeuner!!!

Voir les commentaires

Journal de bord 6 janvier

Journal de bord 6 janvier

58,7 kg

Journée eau et citron en perspective.

30 min elliptique: fait!

Rien à ajouter

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 > >>